Les manchettes du député

2
September


NOUVELLE ATTACHÉE POLITIQUE POUR LE DÉPUTÉ DE LABELLE

Mont-Laurier, le 2 septembre 2008 - Le député de Labelle, monsieur Sylvain Pagé, est heureux de souligner l’entrée en fonction de madame Katrine Pilon à titre d’attachée politique au bureau de Mont-Laurier, pour le secteur de la vallée de la Lièvre.

 

Bachelière en Communication avec un profil en relations humaines, Madame Pilon entrera en fonction le 8 septembre afin de remplacer madame Élaine Brière.

 

Monsieur Pagé profite de l’occasion afin de remercier madame Brière pour l’énergie et le talent consacrés à l’avancement des différents dossiers locaux et lui souhaite bonne chance dans ses nouvelles fonctions.

,

27
June

Bilan de la session parlementaire
GOUVERNEMENT CHAREST : RAPPORTS TABLETTÉS, IMMOBILISME ET CAFOUILLAGES

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 27 juin 2008 - La chef du Parti Québécois Pauline Marois, le leader parlementaire François Gendron et le député de Labelle Sylvain Pagé dressent un bilan négatif du gouvernement libéral au cours de la dernière session parlementaire.

 

Les derniers mois ont été marqués par la mise sur les tablettes de multiples rapports payés à grands frais par les contribuables. « Le gouvernement en place a commandé une vingtaine de rapports et gaspillé des millions de dollars parce qu’il a refusé les recommandations et les conclusions souvent même avant leur publication. Le gouvernement est paralysé par la peur de déplaire. Or, à force de ne rien faire, cela finira par coûter cher » a déclaré madame Marois.

 

Pour la chef du Parti Québécois et pour le député de Labelle, la mauvaise gestion de l’État québécois a été abondamment illustrée par les multiples cafouillages dont les Québécois devront tôt ou tard assumer la facture : U.Q.A.M., CHUM, autoroute 30, hippodromes, finances publiques, 30 M$ à vie aux villes les plus riches du Québec, etc.

 

« C’est donc près de 2 milliards de dollars qui ne pourront servir à améliorer les soins de santé, en éducation, à l’installation des places en services de garde pour les 50 000 familles qui n’en ont pas dont plusieurs dans la circonscription de Labelle » de déplorer Sylvain Pagé.

 

UN PLAN VIGOUREUX POUR LIMITER LES DÉGÂTS DE LA CRISE ÉNERGÉTIQUE QUI S’ANNONCE

 

Madame Marois et l’aile parlementaire du Parti Québécois ont réclamé un plan concret et précis pour faire face à la hausse du prix de l’essence. « Tous les signaux sont en place pour que cette question du prix de l’essence affecte dramatiquement l’économie du Québec déjà chancelante. L’urgence d’un plan est manifeste » a ajouté madame Marois.

 

Quant à Sylvain Pagé, il invite à nouveau le gouvernement Charest à sortir de sa torpeur dans la crise forestière qui se poursuit. «  Les drames humains se multiplient. Les travailleurs forestiers et leur famille attendent toujours que le gouvernement libéral leur lance une bouée de sauvetage » de déplorer le député de Labelle.

 

 

UN PARLEMENT DE COHABITATION?

 

De son côté, le leader parlementaire de Parti Québécois et député d’Abitibi-Ouest a clairement démontré que la cohabitation dont se gargarise le gouvernement Charest est purement virtuelle. « Nous avons déposé trois projets de lois qui ont pour nous une dimension humaine et sociale importante et qui font largement consensus dans la société québécoise, qu’il s’agisse de la reconnaissance de l’eau comme patrimoine collectif, de l’exclusion des pensions alimentaires dans le calcul des programmes sociaux ou encore d’une aide réelle aux municipalités pour donner un peu de souffle aux propriétaires fonciers.

 

Or, jamais le gouvernement Charest n’a voulu aller de l’avant, pas plus qu’avec les autres projets de lois de l’opposition. Agir ainsi et dire que l’on cohabite, c’est clairement nier la réalité » a déclaré François Gendron.

 

« Le Québec a d’importants défis à relever même si le gouvernement Charest les camouflent. Les Québécois ont donc besoin d’un gouvernement d’action, pas d’un gouvernement qui ne s’occupe que de belles images » de conclure Pauline Marois.

, ,

20
June

Décrochage scolaire
LE PARTI QUÉBÉCOIS OBTIENT UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 20 juin 2008 - Le député de Labelle à l’Assemblée nationale, Sylvain Pagé, est heureux que les députés libéraux et adéquistes se soient rendus aux arguments du Parti Québécois et aient accepté la tenue d’une commission parlementaire sur le décrochage scolaire. C’est tout à l’honneur de notre porte-parole en matière d’éducation, Marie Malavoy.

 

« Cette consultation permettra aux parlementaires d’entendre les parents, les experts et tous les intervenants de l’éducation qui, comme nous, sont préoccupés par l’ampleur du phénomène du décrochage scolaire, particulièrement chez les jeunes garçons. Cette consultation offrira l’opportunité de s’inspirer de certains succès et d’initiatives locales qui luttent efficacement contre le décrochage scolaire », a déclaré Sylvain Pagé.

 

Tous les députés constatent que le taux de décrochage se maintient et n’a pratiquement pas bougé depuis six ans, mais demeure à un taux nettement trop élevé, atteignant dans certaines régions les 40 %. « Nous savons que cette grave problématique frappe encore plus durement sur le territoire des Hautes-Laurentides. Je suis heureux que nous fassions cette réflexion non pas pour trouver des coupables, mais bien afin d’identifier les causes et les solutions qui devront y être apportées. Comme je l’ai exprimé à plusieurs occasions, il n’y a pas d’avenir pour les régions qui ne font pas de ce dossier une priorité. Tous les leaders et dirigeants doivent se sentir interpellés et soutenir les mesures qui pourraient être mises en place par nos commissions scolaires », a poursuivi le député de Labelle.

 

« Le phénomène du décrochage scolaire entraîne des conséquences graves sur l’avenir du Québec et plus spécifiquement sur les besoins anticipés de main-d’œuvre qualifiée. C’est un enjeu de société majeur et il y a urgence d’agir. Il faut prendre tous les moyens pour assurer la réussite de tous », a conclu Sylvain Pagé.

 

Cette commission parlementaire devrait avoir lieu cet automne et se tiendra au Parlement mais pourrait aussi, selon certaines modalités, se dérouler dans les régions du Québec.

,

26
May

Frais de douane
DOSSIER DE L’AÉROPORT MONT-TREMBLANT (LA MACAZA)

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 26 mai 2008 - Suite à un appel-conférence tenu vendredi dernier sur le dossier des frais de douane à l’aéroport récréotouristique Mont-Tremblant (La Macaza), l’idée d’une intervention politique concertée et directement à la Chambre des communes à Ottawa a été retenue.

 

Une délégation composée d’un certain nombre d’élus représentatif de la région des Laurentides sera présente aujourd’hui même à Ottawa lors de la période de questions.

 

Composition

 

·     Johanne Deschamps, député de Laurentides-Labelle à la Chambre de communes

·     Sylvain Pagé, député de Labelle à l’Assemblée nationale du Québec

·     Ronald Provost, préfet de la MRC des Laurentides et vice-président de la Conférence régionale des élus (C.R.É.)

·     Roger Lapointe, préfet de la MRC d’Antoine-Labelle

·     Michel Adrien, maire de Mont-Laurier et président du C.L.D. d’Antoine-Labelle

 

Une question sera posée par le Bloc Québécois au sujet du traitement réservé aux frais de douane à l’aéroport Mont-Tremblant (La Macaza).

 

Le Bloc devrait également déposer une motion à ce sujet.

, ,

13
May

Suivis à la rencontre du 2 mai 2007 entre les maires de la MRC d’Antoine Labelle et le député Sylvain Pagé
UNE PREMIÈRE RENCONTRE-BILAN POSITIVE

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 13 mai 2008 - Le 9 mai s’est tenu à Mont-Laurier, à l’invitation du député de Labelle à l’Assemblée nationale Sylvain Pagé, une première rencontre-bilan à laquelle ont été invités toutes les mairesses et tous les maires de la MRC d’Antoine-Labelle ainsi que les directeurs généraux et présidents de la MRC, du CLD et de la SADC. Cette réunion visait à faire le point sur l’évolution de plusieurs dossiers qui avaient été retenus par les élus lors d’une première rencontre tenue le 2 mai 2007, au lendemain de la dernière campagne électorale au Québec.

 

« Suite à une vaste consultation non partisane précédant l’élection québécoise de mars 2007 (jeunes, femmes, aînés/es, communautaire, gens d’affaires et autres), j’ai pris un certain nombre d’engagements précis à caractère socio-économique qui ont constitué en majeure partie la plateforme électorale que j’ai alors présentée à la population et défendue et sur laquelle j’ai reçu le mandat de travailler ».

 

« Considérant les responsabilités accrues maintenant dévolue aux élus municipaux, j’ai invité, quelques jours suivant l’élection, l’ensemble des mairesses et maires de la MRC d’Antoine-Labelle à une première journée de réflexion et de travail afin d’enclencher le processus de réalisation de ces engagements » de rappeler le député Pagé.

 

La plupart des projets discutés l’an dernier ont évolué positivement et plusieurs sont même réalisés ou en voie de l’être. « La concertation et la transparence sont certainement des préalables à la réussite notre développement » d’ajouter le député.

 

Le député a d’ailleurs profité de l’occasion pour déposer cinq autres engagements issus de ces consultations :

 

·     Favoriser le développement de produits touristiques de la Vallée de la Rouge (réserve aquatique, centre d’interprétation, etc.);

·     Encourager et soutenir les municipalités afin qu’elles élaborent une politique familiale;

·     Travailler avec les municipalités à la simplification des normes de la SHQ et évaluer les besoins de logements abordables;

·     Contribuer à la mise en place d’un réseau privé ou semi privé pour la clientèle adulte en perte d’autonomie (résidences privées ou de type familiale, HLM, etc.);

·     Continuer à oeuvrer à la concrétisation du projet de sentier grande randonnée entre Mont-Tremblant et Mont-Laurier.

 

À la fin de la rencontre, le député a ouvert le débat sur le besoin éventuel d’une concertation élargie afin de se donner une vision commune du développement socio-économique de la MRC. « Malgré l’expression de certaines réticences, ce besoin me paraît incontournable. Il faudrait, selon moi, peut-être au minimum mettre à jour et réaffirmer une certaine vision que plusieurs affirment avoir déjà été définie lors du sommet socio-économique de 1991-92. Néanmoins, je suis heureux que nos leaders participent à ces échanges de façon constructive et respectueuse » a conclu le député.

,