Les manchettes du député

23
April

Hausses démesurées de taxes foncières particulièrement en bordure de cours d’eau
LE PARTI QUÉBÉCOIS RÉCLAME L’INTERVENTION DU GOUVERNEMENT CHAREST

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 23 avril 2008 - Le député de Labelle à l’Assemblée nationale, Sylvain Pagé, se réjouit que son collègue d’Abitibi-Ouest, leader parlementaire et porte-parole du Parti Québécois en matière d’affaires municipales, François Gendron, ait réclamé l’intervention du gouvernement Charest afin d’encadrer les hausses démesurées de taxes foncières, notamment pour les propriétaires en bordure des cours d’eau.

 

« À la grandeur de la circonscription de Labelle, la situation est intenable. Plusieurs propriétaires ont maintenant de sérieuses difficultés à assumer le paiement de leurs taxes municipales parce que la hausse est tellement élevée, une situation attribuable à la spéculation créée par l’engouement pour les terrains de villégiature. Certains coins de pays se vident de ses résidents permanents parce qu’ils sont tout simplement forcés de vendre », a déclaré Sylvain Pagé.

 

Le député d’Abitibi-Ouest a prestement demandé à la ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, à l’occasion de l’étude des crédits à l’Assemblée nationale, de se pencher sérieusement et rapidement sur ce problème sérieux, considéré par plusieurs comme une expropriation déguisée. M. Gendron a souligné que d’autres États ont exercé du leadership et ainsi modifié leurs lois afin de permettre un tel encadrement.

 

Bien qu’ils saluent l’ouverture de la ministre Normandeau à la création d’un groupe de travail avec les deux unions municipales et l’Association des propriétaires fonciers du Québec, les députés péquistes estiment que le temps est à l’action. « L’ADQ voudrait une vaste commission parlementaire. Ça prendrait des mois. Or, le problème est archi-connu, il est actuel et il est criant. Des solutions existent et on doit trancher. La ministre se doit d’agir rapidement et doit mettre l’accent sur les particularités régionales parce que le « mur à mur » est à bannir », ont conclu les députés Gendron et Pagé.

,

18
April

22 avril : Jour de la Terre
NOUS SOMMES UNE PARTIE DU PROBLÈME : NOUS DEVONS ÊTRE UNE PARTIE DE LA SOLUTION

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 18 avril 2008 - Le 22 avril partout sur notre planète, des millions de terriennes et de terriens souligneront par des gestes concrets la journée internationale de la Terre. « L’impact de l’activité humaine sur l’environnement est évident : alors, nous nous devons de restaurer ce qui peut et doit être restauré et, surtout, soyons prévoyants afin de minimiser les aspects négatifs de notre mode de vie sur le monde naturel qui nous entoure et qui s’avère indispensable à l’apparition et au maintien de la vie » de rappeler le député.

 

« Je vous invite à participer aux activités qui se dérouleront dans la région à l’occasion de cette importante journée. Informez-vous auprès de l’A.P.E.H.L. ou de votre municipalité afin de connaître les endroits et les dates. Au nom des générations qui viendront, merci ».

,

15
April

Route 117
UNE RENCONTRE FRUCTUEUSE

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 15 avril 2008 - Réclamée par le Comité SOS 117, une rencontre regroupant la ministre des Transports Julie Boulet ainsi qu’une délégation d’intervenants du ministère s’est tenue à Québec le mercredi 9 avril.
 

Le Comité était quant à lui représenté par Sylvain Pagé, député de Labelle, Roger Lapointe, préfet de la MRC d’Antoine-Labelle, Michel Adrien, maire de Mont-Laurier, Johanne Morasse, députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue ainsi que Martine Rioux, directrice générale de la Conférence régionale des élus de l’Abitibi-Témiscamingue. Le Comité est d’ailleurs heureux de constater l’appui sans équivoque de la part des élus de la région de l’Abitibi-Témiscamingue.
 

La rencontre s’est avérée fructueuse car, d’entrée de jeu, la ministre a reconfirmé les engagements rendus publics en février 2006 quant à la mise à niveau de la route 117 entre Labelle et Mont-Laurier, incluant en priorité les contournements de Rivière-Rouge et de Labelle.
 

L’échéancier des travaux initialement prévu serait respecté et celui-ci pourrait même, selon la ministre, être bonifié. Le genre de bonifications au scénario prévu pourrait être de prévoir les contournements à quatre voies au lieu de deux, d’ajouter des voies de dépassement et des corrections de courbes ainsi que la réalisation d’un tronçon à quatre voies entre Lac‑des‑Écorces et Mont-Laurier.
 

Une réponse quant à ces éventuels changements devrait être transmise au Comité au cours du mois de mai. La ministre Boulet a profité de la rencontre afin de souligner que la facture totale des travaux, établie à 60 M$ en février 2006, est maintenant estimée à 82 M$.
 

Le député de Labelle, Sylvain Pagé, a insisté à nouveau sur le respect du principe que le budget consacré aux travaux sur la route 117 ne devait d’aucune façon réduire les sommes dévolues aux autres axes routiers de la région, notamment pour les routes à numéro 300.

En terminant, l’ensemble des élus et des membres du Comité réclament une rencontre à brève échéance avec le ministre des Infrastructures et des Transports, monsieur Lawrence Cannon, et souhaite l’implication du gouvernement fédéral dans ce dossier névralgique pour la région, d’autant plus que la route 117 est considérée comme une trans-canadienne.

,

4
April

6e hausse libérale de tarifs d’Hydro-Québec
UNE TAXE DÉGUISÉE QUI AFFECTE LES FAMILLES

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 4 avril 2008 - Le député de Labelle à l’Assemblée nationale, Sylvain Pagé, reproche au gouvernement Charest son acharnement à taxer les familles et tous les abonnés d’Hydro-Québec.

 

Le 1er avril, les Québécois ont subi une 6e hausse de tarifs d’Hydro-Québec, faisant ainsi grimper la facture électrique de 16,7 % depuis quatre ans. Pendant la même période, l’inflation n’aura été que de 8,4 %. « À l’évidence, le gouvernement finance ses promesses par des hausses de tarifs qui deviennent des taxes déguisées. C’est carrément abusif! », s’est indigné le député de Labelle.

 

Or, comme si ce n’était pas assez, le gouvernement libéral ajoute une pression financière sur Hydro-Québec pour que la société d’État s’endette davantage et verse plus de dividendes au gouvernement. « Pour boucler son budget, le gouvernement pige davantage dans les bénéfices d’Hydro-Québec. À son tour, Hydro va se tourner vers qui? Dans la poche des abonnés, mais le gouvernement Charest refuse de dire combien. Les familles, pour bien préparer leur budget, doivent savoir ce qui les attend. Nous le répétons : il faut une prévisibilité dans les tarifs », a indiqué Sylvain Pagé.

 

« Ce n’est rien d’autre qu’une taxe déguisée qui touche tout le monde, mais qui affecte davantage les familles à faible revenu. Or, le gouvernement devrait à tout le moins mettre en place des mesures concrètes afin de venir en aide aux plus démunis qui font face à cette 6e hausse libérale de la grille tarifaire d’Hydro-Québec. Encore une fois, ce gouvernement préfère laisser les plus démunis à leur triste sort en leur demandant d’ouvrir leur rideau pour économiser l’énergie. C’est franchement pathétique! », de conclure Sylvain Pagé.

,

18
March

Budget 2008… à 2012!
LES RÉGIONS ET LA MRC D’ANTOINE-LABELLE SONT LES GRANDES PERDANTES DU BUDGET FORGET

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 18 mars 2008 - Lors du dépôt de son budget, la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, a abandonné les régions et MRC ressources. Pire, celles-ci auront encore moins d’argent à terme qu’elles n’en ont maintenant. « Lorsqu’on prend le temps de consulter et décortiquer le budget, on constate que les régions du Québec en sont les grandes perdantes. Mme Jérôme-Forget a camouflé les chiffres réels dans un tableau qui ne reflète pas la vérité », d’expliquer le député de Labelle à l’Assemblée nationale, Sylvain Pagé.

 

Dans la réalité, on constate qu’au terme de la période de transition, la région du Bas‑Saint‑Laurent recevra 17 M$ en moins, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, 17 M$ en moins, la Mauricie, 5 M$ en moins, l’Abitibi-Témiscamingue, 1 M$ en moins. Pour les trois MRC ressources comme celle d’Antoine-Labelle, c’est 1 M$ de moins qui sera consacré à notre développement. « Au prorata, nous faisons donc partie des grands perdants de ce budget.Est-ce que c’est cela supporter les régions ressources? », s’est interrogé le député Pagé.

  

Il y a quelques semaines, le rapport Pronovost était déposé et les conclusions en étaient de donner un grand coup de barre afin d’aider l’industrie agricole. Première nouvelle : avec le dépôt du budget, on observe une baisse des dépenses de programme de 15 M$ de dollars. C’est encore la démonstration que toutes ces études ne sont que de la poudre aux yeux et que la réelle volonté politique n’y est pas.

 

De même, au ministère des Ressources naturelles et de la Faune, on assiste à des coupures alors que nous vivons la pire des crises forestières qui n’ira pas en s’améliorant. Dans les faits, les quatre ministères qui ont connu des baisses de budgets sont les Ressources naturelles et la Faune, l’Agriculture, le Tourisme et les Régions. « Décidément, la ministre des finances aura réussi à couper précisément dans les secteurs qui touchent directement les créneaux d’excellence des Laurentides et de la circonscription de Labelle. C’est carrément décevant Mme Jérôme-Forget! Et que dire de l’ADQ qui, elle, a décidé d’appuyer ce budget », de conclure le député Pagé.

, ,