Les manchettes du député

13
May

Suivis à la rencontre du 2 mai 2007 entre les maires de la MRC d’Antoine Labelle et le député Sylvain Pagé
UNE PREMIÈRE RENCONTRE-BILAN POSITIVE

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 13 mai 2008 - Le 9 mai s’est tenu à Mont-Laurier, à l’invitation du député de Labelle à l’Assemblée nationale Sylvain Pagé, une première rencontre-bilan à laquelle ont été invités toutes les mairesses et tous les maires de la MRC d’Antoine-Labelle ainsi que les directeurs généraux et présidents de la MRC, du CLD et de la SADC. Cette réunion visait à faire le point sur l’évolution de plusieurs dossiers qui avaient été retenus par les élus lors d’une première rencontre tenue le 2 mai 2007, au lendemain de la dernière campagne électorale au Québec.

 

« Suite à une vaste consultation non partisane précédant l’élection québécoise de mars 2007 (jeunes, femmes, aînés/es, communautaire, gens d’affaires et autres), j’ai pris un certain nombre d’engagements précis à caractère socio-économique qui ont constitué en majeure partie la plateforme électorale que j’ai alors présentée à la population et défendue et sur laquelle j’ai reçu le mandat de travailler ».

 

« Considérant les responsabilités accrues maintenant dévolue aux élus municipaux, j’ai invité, quelques jours suivant l’élection, l’ensemble des mairesses et maires de la MRC d’Antoine-Labelle à une première journée de réflexion et de travail afin d’enclencher le processus de réalisation de ces engagements » de rappeler le député Pagé.

 

La plupart des projets discutés l’an dernier ont évolué positivement et plusieurs sont même réalisés ou en voie de l’être. « La concertation et la transparence sont certainement des préalables à la réussite notre développement » d’ajouter le député.

 

Le député a d’ailleurs profité de l’occasion pour déposer cinq autres engagements issus de ces consultations :

 

·     Favoriser le développement de produits touristiques de la Vallée de la Rouge (réserve aquatique, centre d’interprétation, etc.);

·     Encourager et soutenir les municipalités afin qu’elles élaborent une politique familiale;

·     Travailler avec les municipalités à la simplification des normes de la SHQ et évaluer les besoins de logements abordables;

·     Contribuer à la mise en place d’un réseau privé ou semi privé pour la clientèle adulte en perte d’autonomie (résidences privées ou de type familiale, HLM, etc.);

·     Continuer à oeuvrer à la concrétisation du projet de sentier grande randonnée entre Mont-Tremblant et Mont-Laurier.

 

À la fin de la rencontre, le député a ouvert le débat sur le besoin éventuel d’une concertation élargie afin de se donner une vision commune du développement socio-économique de la MRC. « Malgré l’expression de certaines réticences, ce besoin me paraît incontournable. Il faudrait, selon moi, peut-être au minimum mettre à jour et réaffirmer une certaine vision que plusieurs affirment avoir déjà été définie lors du sommet socio-économique de 1991-92. Néanmoins, je suis heureux que nos leaders participent à ces échanges de façon constructive et respectueuse » a conclu le député.

,

23
April

Hausses démesurées de taxes foncières particulièrement en bordure de cours d’eau
LE PARTI QUÉBÉCOIS RÉCLAME L’INTERVENTION DU GOUVERNEMENT CHAREST

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 23 avril 2008 - Le député de Labelle à l’Assemblée nationale, Sylvain Pagé, se réjouit que son collègue d’Abitibi-Ouest, leader parlementaire et porte-parole du Parti Québécois en matière d’affaires municipales, François Gendron, ait réclamé l’intervention du gouvernement Charest afin d’encadrer les hausses démesurées de taxes foncières, notamment pour les propriétaires en bordure des cours d’eau.

 

« À la grandeur de la circonscription de Labelle, la situation est intenable. Plusieurs propriétaires ont maintenant de sérieuses difficultés à assumer le paiement de leurs taxes municipales parce que la hausse est tellement élevée, une situation attribuable à la spéculation créée par l’engouement pour les terrains de villégiature. Certains coins de pays se vident de ses résidents permanents parce qu’ils sont tout simplement forcés de vendre », a déclaré Sylvain Pagé.

 

Le député d’Abitibi-Ouest a prestement demandé à la ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, à l’occasion de l’étude des crédits à l’Assemblée nationale, de se pencher sérieusement et rapidement sur ce problème sérieux, considéré par plusieurs comme une expropriation déguisée. M. Gendron a souligné que d’autres États ont exercé du leadership et ainsi modifié leurs lois afin de permettre un tel encadrement.

 

Bien qu’ils saluent l’ouverture de la ministre Normandeau à la création d’un groupe de travail avec les deux unions municipales et l’Association des propriétaires fonciers du Québec, les députés péquistes estiment que le temps est à l’action. « L’ADQ voudrait une vaste commission parlementaire. Ça prendrait des mois. Or, le problème est archi-connu, il est actuel et il est criant. Des solutions existent et on doit trancher. La ministre se doit d’agir rapidement et doit mettre l’accent sur les particularités régionales parce que le « mur à mur » est à bannir », ont conclu les députés Gendron et Pagé.

,

18
April

22 avril : Jour de la Terre
NOUS SOMMES UNE PARTIE DU PROBLÈME : NOUS DEVONS ÊTRE UNE PARTIE DE LA SOLUTION

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 18 avril 2008 - Le 22 avril partout sur notre planète, des millions de terriennes et de terriens souligneront par des gestes concrets la journée internationale de la Terre. « L’impact de l’activité humaine sur l’environnement est évident : alors, nous nous devons de restaurer ce qui peut et doit être restauré et, surtout, soyons prévoyants afin de minimiser les aspects négatifs de notre mode de vie sur le monde naturel qui nous entoure et qui s’avère indispensable à l’apparition et au maintien de la vie » de rappeler le député.

 

« Je vous invite à participer aux activités qui se dérouleront dans la région à l’occasion de cette importante journée. Informez-vous auprès de l’A.P.E.H.L. ou de votre municipalité afin de connaître les endroits et les dates. Au nom des générations qui viendront, merci ».

,

15
April

Route 117
UNE RENCONTRE FRUCTUEUSE

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 15 avril 2008 - Réclamée par le Comité SOS 117, une rencontre regroupant la ministre des Transports Julie Boulet ainsi qu’une délégation d’intervenants du ministère s’est tenue à Québec le mercredi 9 avril.
 

Le Comité était quant à lui représenté par Sylvain Pagé, député de Labelle, Roger Lapointe, préfet de la MRC d’Antoine-Labelle, Michel Adrien, maire de Mont-Laurier, Johanne Morasse, députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue ainsi que Martine Rioux, directrice générale de la Conférence régionale des élus de l’Abitibi-Témiscamingue. Le Comité est d’ailleurs heureux de constater l’appui sans équivoque de la part des élus de la région de l’Abitibi-Témiscamingue.
 

La rencontre s’est avérée fructueuse car, d’entrée de jeu, la ministre a reconfirmé les engagements rendus publics en février 2006 quant à la mise à niveau de la route 117 entre Labelle et Mont-Laurier, incluant en priorité les contournements de Rivière-Rouge et de Labelle.
 

L’échéancier des travaux initialement prévu serait respecté et celui-ci pourrait même, selon la ministre, être bonifié. Le genre de bonifications au scénario prévu pourrait être de prévoir les contournements à quatre voies au lieu de deux, d’ajouter des voies de dépassement et des corrections de courbes ainsi que la réalisation d’un tronçon à quatre voies entre Lac‑des‑Écorces et Mont-Laurier.
 

Une réponse quant à ces éventuels changements devrait être transmise au Comité au cours du mois de mai. La ministre Boulet a profité de la rencontre afin de souligner que la facture totale des travaux, établie à 60 M$ en février 2006, est maintenant estimée à 82 M$.
 

Le député de Labelle, Sylvain Pagé, a insisté à nouveau sur le respect du principe que le budget consacré aux travaux sur la route 117 ne devait d’aucune façon réduire les sommes dévolues aux autres axes routiers de la région, notamment pour les routes à numéro 300.

En terminant, l’ensemble des élus et des membres du Comité réclament une rencontre à brève échéance avec le ministre des Infrastructures et des Transports, monsieur Lawrence Cannon, et souhaite l’implication du gouvernement fédéral dans ce dossier névralgique pour la région, d’autant plus que la route 117 est considérée comme une trans-canadienne.

,

4
April

6e hausse libérale de tarifs d’Hydro-Québec
UNE TAXE DÉGUISÉE QUI AFFECTE LES FAMILLES

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 4 avril 2008 - Le député de Labelle à l’Assemblée nationale, Sylvain Pagé, reproche au gouvernement Charest son acharnement à taxer les familles et tous les abonnés d’Hydro-Québec.

 

Le 1er avril, les Québécois ont subi une 6e hausse de tarifs d’Hydro-Québec, faisant ainsi grimper la facture électrique de 16,7 % depuis quatre ans. Pendant la même période, l’inflation n’aura été que de 8,4 %. « À l’évidence, le gouvernement finance ses promesses par des hausses de tarifs qui deviennent des taxes déguisées. C’est carrément abusif! », s’est indigné le député de Labelle.

 

Or, comme si ce n’était pas assez, le gouvernement libéral ajoute une pression financière sur Hydro-Québec pour que la société d’État s’endette davantage et verse plus de dividendes au gouvernement. « Pour boucler son budget, le gouvernement pige davantage dans les bénéfices d’Hydro-Québec. À son tour, Hydro va se tourner vers qui? Dans la poche des abonnés, mais le gouvernement Charest refuse de dire combien. Les familles, pour bien préparer leur budget, doivent savoir ce qui les attend. Nous le répétons : il faut une prévisibilité dans les tarifs », a indiqué Sylvain Pagé.

 

« Ce n’est rien d’autre qu’une taxe déguisée qui touche tout le monde, mais qui affecte davantage les familles à faible revenu. Or, le gouvernement devrait à tout le moins mettre en place des mesures concrètes afin de venir en aide aux plus démunis qui font face à cette 6e hausse libérale de la grille tarifaire d’Hydro-Québec. Encore une fois, ce gouvernement préfère laisser les plus démunis à leur triste sort en leur demandant d’ouvrir leur rideau pour économiser l’énergie. C’est franchement pathétique! », de conclure Sylvain Pagé.

,