Les manchettes du député

4
avril

6e hausse libérale de tarifs d’Hydro-Québec
UNE TAXE DÉGUISÉE QUI AFFECTE LES FAMILLES

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 4 avril 2008 - Le député de Labelle à l’Assemblée nationale, Sylvain Pagé, reproche au gouvernement Charest son acharnement à taxer les familles et tous les abonnés d’Hydro-Québec.

 

Le 1er avril, les Québécois ont subi une 6e hausse de tarifs d’Hydro-Québec, faisant ainsi grimper la facture électrique de 16,7 % depuis quatre ans. Pendant la même période, l’inflation n’aura été que de 8,4 %. « À l’évidence, le gouvernement finance ses promesses par des hausses de tarifs qui deviennent des taxes déguisées. C’est carrément abusif! », s’est indigné le député de Labelle.

 

Or, comme si ce n’était pas assez, le gouvernement libéral ajoute une pression financière sur Hydro-Québec pour que la société d’État s’endette davantage et verse plus de dividendes au gouvernement. « Pour boucler son budget, le gouvernement pige davantage dans les bénéfices d’Hydro-Québec. À son tour, Hydro va se tourner vers qui? Dans la poche des abonnés, mais le gouvernement Charest refuse de dire combien. Les familles, pour bien préparer leur budget, doivent savoir ce qui les attend. Nous le répétons : il faut une prévisibilité dans les tarifs », a indiqué Sylvain Pagé.

 

« Ce n’est rien d’autre qu’une taxe déguisée qui touche tout le monde, mais qui affecte davantage les familles à faible revenu. Or, le gouvernement devrait à tout le moins mettre en place des mesures concrètes afin de venir en aide aux plus démunis qui font face à cette 6e hausse libérale de la grille tarifaire d’Hydro-Québec. Encore une fois, ce gouvernement préfère laisser les plus démunis à leur triste sort en leur demandant d’ouvrir leur rideau pour économiser l’énergie. C’est franchement pathétique! », de conclure Sylvain Pagé.

,

18
mars

Budget 2008… à 2012!
LES RÉGIONS ET LA MRC D’ANTOINE-LABELLE SONT LES GRANDES PERDANTES DU BUDGET FORGET

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 18 mars 2008 - Lors du dépôt de son budget, la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, a abandonné les régions et MRC ressources. Pire, celles-ci auront encore moins d’argent à terme qu’elles n’en ont maintenant. « Lorsqu’on prend le temps de consulter et décortiquer le budget, on constate que les régions du Québec en sont les grandes perdantes. Mme Jérôme-Forget a camouflé les chiffres réels dans un tableau qui ne reflète pas la vérité », d’expliquer le député de Labelle à l’Assemblée nationale, Sylvain Pagé.

 

Dans la réalité, on constate qu’au terme de la période de transition, la région du Bas‑Saint‑Laurent recevra 17 M$ en moins, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, 17 M$ en moins, la Mauricie, 5 M$ en moins, l’Abitibi-Témiscamingue, 1 M$ en moins. Pour les trois MRC ressources comme celle d’Antoine-Labelle, c’est 1 M$ de moins qui sera consacré à notre développement. « Au prorata, nous faisons donc partie des grands perdants de ce budget.Est-ce que c’est cela supporter les régions ressources? », s’est interrogé le député Pagé.

  

Il y a quelques semaines, le rapport Pronovost était déposé et les conclusions en étaient de donner un grand coup de barre afin d’aider l’industrie agricole. Première nouvelle : avec le dépôt du budget, on observe une baisse des dépenses de programme de 15 M$ de dollars. C’est encore la démonstration que toutes ces études ne sont que de la poudre aux yeux et que la réelle volonté politique n’y est pas.

 

De même, au ministère des Ressources naturelles et de la Faune, on assiste à des coupures alors que nous vivons la pire des crises forestières qui n’ira pas en s’améliorant. Dans les faits, les quatre ministères qui ont connu des baisses de budgets sont les Ressources naturelles et la Faune, l’Agriculture, le Tourisme et les Régions. « Décidément, la ministre des finances aura réussi à couper précisément dans les secteurs qui touchent directement les créneaux d’excellence des Laurentides et de la circonscription de Labelle. C’est carrément décevant Mme Jérôme-Forget! Et que dire de l’ADQ qui, elle, a décidé d’appuyer ce budget », de conclure le député Pagé.

, ,

15

Livre vert sur la forêt
NOUS PARTAGEONS LES OBJECTIFS POURSUIVIS MAIS IL FAUT SE DEMANDER SI LES MOYENS PROPOSÉS SONT LES BONS

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 15 février 2008 - « Au Parti Québécois, nous nous entendons sur les objectifs poursuivis par ce document de consultation mais il reste à voir si les moyens proposés sont les meilleurs pour les atteindre. Une réflexion approfondie est nécessaire parce que le changement proposé au régime forestier pourrait avoir un impact considérable sur nos travailleurs et l’économie de notre région. Il est bon de souligner qu’il n’y a rien dans ce Livre vert qui nous permettra, à court terme, de sortir de l’actuelle crise forestière. Les travailleurs et les régions ont un besoin urgent d’oxygène, et ce, dès maintenant. J’entends donc consulter nos intervenants locaux dans les meilleurs délais, car le dossier est déterminant pour une région comme la nôtre ». C’est ce qu’a indiqué le député de Labelle et porte‑parole du Parti Québécois en matière de Tourisme, de la Faune et des Parcs, Sylvain Pagé, réagissant au dévoilement du Livre vert sur la forêt.

 

Le député se réjouit que l’idée d’une charte du bois soit retenue et de l’intention d’implanter un programme de sylviculture intensive dans les forêts publiques et privées. Ces deux initiatives sont d’ailleurs des propositions qui faisaient parti de la plate-forme du Parti Québécois lors de la dernière campagne électorale.

 

« Je me questionne toutefois sur le sens à donner à une nouvelle consultation. Le rapport Coulombe contenait 81 recommandations. Plusieurs d’entre elles sont contenues dans ce Livre vert. On va donc consulter sur des recommandations d’une consultation qui a eu lieu il y a quatre ans! Après la baisse de 20 % des volumes de coupe sans études d’impact ni mesures d’atténuation, cinq plans d’aide ratés, il serait légitime de s’attendre à plus d’action de la part du gouvernement », a indiqué M. Pagé.

 

On constate également que les commissions régionales sur les ressources naturelles et le territoire, une idée défendue avec ardeur par l’ancien ministre Pierre Corbeil et l’actuel ministre Béchard, sont absentes du Livre vert. « J’espère que tout ce long processus ne sera pas à recommencer pour les intervenants régionaux. Si tel était le cas, ce sont deux années de labeur perdues pour rien. Et quand tout le monde dit qu’il y a urgence d’agir, c’est frustrant! », s’est désolé Sylvain Pagé.

 

En terminant, le député Pagé rappelle que le ministre Béchard, en mai dernier, promettait pour les prochaines semaines « le plus ambitieux plan des 30 dernières années de reboisement que le Québec a connu. ». Or, cela fait huit mois et aujourd’hui, le ministre nous revient qu’avec des intentions. « Pourquoi ne pas passer à l’action? Notre population attend et s’impatiente M. Béchard. » de conclure le député de Labelle.

,

12

LE BARRAGE DU LAC ROSSIGNOL
Le travail d’équipe sera toujours la stratégie la plus sûr et la plus efficace

Mont-Tremblant, le 12 février 2008 - Le député de Labelle, Sylvain Pagé tient à rétablir les faits dans l’avancement du dossier du barrage du Lac Rossignol situé dans la municipalité de Lac-Supérieur. « Notre implication active et soutenue dans ce dossier depuis 2006 a été l’élément déterminant dans la prise en charge de ce barrage par le gouvernement québécois » de rappeler le député.

 

« Je me réjouirai toujours de la plus grande implication citoyenne dans la résolution de certaines problématiques locales ou régionales et favoriserai toujours la plus grande mobilisation possible mais tout cela doit se faire dans un esprit de véritable travail d’équipe » de soutenir M. Pagé.

 

« Depuis mon entrée en politique, j’ai toujours travaillé dans une perspective non partisane et toujours su rendre hommage et souligner la collaboration de celles et ceux qui ont contribué véritablement à la réalisation d’un projet ou à la solution d’un problème et ce, sans aucune considération aux couleurs politiques. Je veux également souligner le danger de certaines interventions spontanées et non prévues qui dans certains cas peuvent nuire au règlement d’un dossier » de conclure le député.

, ,