Les manchettes du député

8
décembre
Bilan de la session parlementaire
"NOTRE ÉQUIPE DE DÉPUTÉS EST AU SERVICE DES QUÉBÉCOIS" - SYLVAIN PAGÉ

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 8 décembre 2017 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, est satisfait du bilan de l’équipe parlementaire de l’opposition officielle, décrivant les nombreux gains réalisés au bénéfice des Québécois, des familles, des aînés, des régions et des PME du Québec.

EN BREF

  • Les députés de l’opposition officielle ont fait de nombreux gains significatifs, notamment en éducation et en santé, ainsi que pour les aînés, les régions et les entrepreneurs du Québec.
  • Un gouvernement du Parti Québécois aura de l’ambition pour le Québec, se tiendra debout et ne sera jamais gêné de défendre notre langue et nos valeurs.

Des gains pour les Québécoises et les Québécois

« Alexandre Cloutier s’est battu contre le coût du matériel scolaire et contre les frais astronomiques exigés pour la surveillance des élèves le midi. Résultat : le gouvernement a été obligé de bouger. Il a décidé de donner 100 $ par enfant. Nous, on voulait 150 $. Avec Carole Poirier, nous avons fait en sorte que le gouvernement abandonne sa très mauvaise idée d’une commission sur le racisme. Dans le dossier des ambulances, c’est beaucoup la charge de Diane Lamarre et d’Agnès Maltais qui a fait agir le gouvernement. Résultat : 22 ambulances de plus! Est-ce suffisant? Non et nous allons continuer la bataille pour les citoyens des Laurentides », a rappelé Sylvain Pagé.

Contrairement à Philippe Couillard, Maka Kotto et tous les députés du Parti Québécois n’ont pas trouvé ça ridicule d’inviter les commerçants à utiliser "bonjour" au lieu de "bonjour/hi". Le français est la langue commune au Québec, alors il faut en être fier. « Dans le dossier du cannabis dont je suis le porte-parole, nous avons proposé la création d’une société d’État sans but lucratif dès avril dernier. Le ministre des Finances s’est d’abord moqué de ma proposition, mais le gouvernement a finalement reconsidéré sa position. Même chose avec la production : maintenant qu’il s’agit de cannabis à des fins récréatives et non médicinales, j’invite le gouvernement du Québec depuis des mois à rapatrier le pouvoir d’autoriser les permis de production. Le produit consommé ici doit être produit au Québec. Il y a de nombreux emplois qui sont en jeu pour les régions du Québec. Il n’est pas normal que l’Ontario possède 38 permis pendant que le Québec n’en compte que deux. OUT Santé Canada, GO MAPAQ », a-t-il ajouté.

« Si les Québécois souhaitent un vrai virage vert et un gouvernement tourné vers l’avenir, ils peuvent compter sur nous. Un parti avec de l’ambition, une histoire et des idées renouvelées. Un parti qui propose un solide changement, porté par une équipe compétente qui défendra nos valeurs comme notre nationalisme économique et qui ne trouvera jamais ridicule de défendre notre langue. Un parti qui travaillera pour le monde, qui se tiendra debout pour les Québécois et pour le Québec. Si dans les dernières semaines les citoyens du comté Labelle ont reçu une excellente nouvelle quant à l’Internet haute-vitesse, imaginez maintenant l’avenir avec une équipe aussi solide que renouvelée », a conclu le député de Labelle.

,

10
novembre
Commerce en ligne
"UNE SOLUTION GLOBALE ET ÉQUITABLE POUR LES CONSOMMATEURS" - SYLVAIN PAGÉ

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 10 novembre 2017– Le Parti Québécois a rendu public une solution équitable pour les consommateurs québécois. « Nous proposons une solution globale afin de répondre à l’enjeu de l’iniquité fiscale en lien avec le commerce en ligne et pour pallier le manque de courage du gouvernement fédéral qui refuse d’appliquer les taxes de vente à Netflix », de lancer le député de Labelle, Sylvain Pagé.

EN BREF

  • Nous proposons de percevoir désormais la taxe de vente sur les biens et services achetés à l’étranger sur Internet, tout en réduisant le taux de taxation d’un montant équivalent sur l’ensemble des biens et services.

  • Le Parti Québécois mettra fin à l’iniquité fiscale qui perdure entre les entreprises québécoises et les entreprises étrangères et ce, sans augmenter le fardeau fiscal des Québécois et sans diminuer les revenus des gouvernements. 

     

« Notre proposition vient répondre au seul argument mis en avant par le fédéral pour exempter Netflix de toute taxation, puisqu’elle n’augmente pas le fardeau fiscal des consommateurs. L’équité fiscale commande que des mesures soient mises en œuvre pour assurer la perception des taxes par les entreprises étrangères qui font des affaires sur le Web. Cependant, pour ne pas alourdir le fardeau fiscal des contribuables, nous pouvons réduire, simultanément, les taux de la TPS et de la TVQ », a résumé Sylvain Pagé.


Le député insiste : l’iniquité – introduite par « l’entente Mélanie Joly », conclue avec Netflix – entre les produits québécois taxés et les produits étrangers, non taxés, ne doit pas devenir une norme. « Les entreprises québécoises souffrent déjà suffisamment de cette concurrence déloyale. Près des trois quarts des achats en ligne des Québécois sont réalisés sur les portails d’entreprises étrangères. Évidemment, il y a des conséquences sur notre richesse collective et notre marché de l’emploi. Nous proposons de restaurer l’équité, de permettre à nos entreprises de jouer à armes égales. Nous y gagnerions tous », a-t-il soutenu.

La mesure que propose le Parti Québécois aurait aussi un effet bénéfique sur le portefeuille des familles, notamment de celles à faibles revenus, réputées pour faire un moins grand usage du commerce électronique. Les chiffres montrent que plus les revenus d’une personne sont élevés, plus elle est susceptible d’acheter en ligne. « Avec notre mesure, non seulement tous les achats sur le Web seraient taxés mais, en plus, toutes les familles profiteraient d’une baisse des taxes sur l’ensemble de leurs transactions, qu’elles soient électroniques ou traditionnelles. Notre solution est celle du gros bon sens; nous invitons les gouvernements, à Ottawa et à Québec, à la mettre en œuvre sans tarder. Le fait que Carlos Leitão ait écrit à son homologue fédéral à ce sujet est encourageant; cela démontre à tout le moins une volonté d’aller de l’avant », a poursuivi le député.

Quant à la proposition inapplicable avancée par la CAQ ce matin, soit celle de ne pas taxer le commerce en ligne des entreprises québécoises, le député l’a immédiatement discréditée. « De cette manière, n’importe quel commerce pourrait installer des ordinateurs dans ses locaux, inviter ses clients à acheter en ligne puis à récupérer leurs biens au comptoir; ainsi, il se soustrairait en toute légalité à l’application des taxes de vente! Une telle proposition, si elle était appliquée, nous ferait perdre des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur du commerce de détail. Un risque qu’on ne peut se permettre », a-t-il conclu.

,

22
septembre
Journée portes ouvertes au nouveau bureau de circonscription de Mont-Laurier du député Sylvain Pagé

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 22 septembre 2017 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, désire informer la population, les nombreux partenaires et élus que le bureau de circonscription de Mont-Laurier est désormais situé au 488, rue Mercier, à Mont-Laurier, à deux pas de l'ancien bureau. 

« J'invite nos concitoyens à venir visiter nos nouveaux locaux lors d’un après-midi "portes ouvertes", qui aura lieu le vendredi, 29 septembre 2017, de 13 h à 17 h. Ce sera un grand plaisir de vous recevoir et d'échanger avec vous », de lancer monsieur Pagé.

« Ce sera également l'occasion de venir échanger en toute simplicité avec les membres de notre équipe. L'ambiance sera des plus conviviale et nous nous ferons un plaisir d'offrir un petit cadeau souvenir aux 150 premiers visiteurs » de conclure le député.

Bienvenue à tous!

, ,

14
août
ÉTAT DES PONCEAUX DÉPLORABLE
« JE DEMANDE UN ÉTAT DE SITUATION ET UN ÉCHÉANCIER DES TRAVAUX DÉTAILLÉS » - Sylvain Pagé

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 14 août 2017 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, s’est adressé aujourd’hui au ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des Transports, Laurent Lessard, au sujet de l’état préoccupant des ponceaux dans Lanaudière et les Laurentides. Voici la lettre qu’il lui a fait parvenir :

« Monsieur le Ministre,

Le 24 juillet, un reportage diffusé par Radio-Canada mettait en lumière l’état déplorable dans lequel se trouve un grand nombre de ponceaux des régions de Lanaudière et des Laurentides. Le plus désarmant de cette nouvelle, c'est d'apprendre que nos régions connaissent la pire situation de tout le Québec!

On y apprend que plus de 1 300 ponceaux sous la responsabilité du ministère des Transports sont endommagés et auraient besoin de travaux majeurs, ce qui représente environ 20 % des structures de Lanaudière et des Laurentides. On y constate également que les villes de Mont-Laurier et de Mont-Tremblant présentent le plus grand nombre d’infrastructures déficientes de nos deux régions. 

Comme en Santé, où nous souffrons d'iniquité depuis de nombreuses années, cette nouvelle met au jour une autre forme d’injustice pour nos régions et notre population. Cela mérite des explications. Je vous demande d’en prendre acte et de donner les directives qui s’imposent.

Depuis ce reportage, la population et les élus posent de nombreuses questions et jugent cette situation inacceptable. Nous voulons être rassurés. Il me semble donc légitime de vous demander un état de situation à jour, de nous expliquer pourquoi nous affichons un tel retard, de connaître votre plan de redressement ainsi que des échéanciers de réalisation.

Notre population est en droit de connaître vos intentions et elle s’attend à une accélération des travaux afin de rejoindre, au minimum, la moyenne des autres régions du Québec.

Étant donné que le sujet est maintenant public et l'inquiétude qu'il jette dans la population, j'apprécierais grandement une réponse détaillée au cours des prochaines semaines.

Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, mes plus cordiales salutations. »

,

26
juin
LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ
LA SOLIDARITÉ EN ACTION AU PARTI QUÉBÉCOIS

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 27 juin 2017 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, se réjouit de la présentation par le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, des membres et du mandat de l’équipe Solidarité en action : les députés Catherine Fournier (Marie-Victorin), Harold LeBel (Rimouski) et Dave Turcotte (Saint-Jean).

Depuis l’élection des libéraux, la lutte contre la pauvreté stagne, voire recule. Le gouvernement ne cesse de reporter le dévoilement de son plan de lutte contre la pauvreté. Parallèlement, il coupe dans l’accès à des logements dignes, n’apporte pas un soutien adéquat aux organismes communautaires, piliers essentiels de cette lutte, attaque durement les prestataires d’aide sociale avec son projet de loi 70 et refuse de bonifier son crédit d’impôt pour solidarité, même devant l’explosion des besoins. « Pour notre formation politique, ces choix sont insensés, nous souhaitons inverser cette tendance. J’ai confiance que mes collègues puissent nous apporter des propositions concrètes qui nous permettrons de lutter contre la pauvreté », a annoncé le député, Sylvain Pagé.

Être solidaire, c’est mieux soutenir les organismes communautaires

Un gouvernement du Parti Québécois s’engage, au cours de son premier mandat, à :

  1. reconnaître l’apport des organismes d’action communautaire autonome au développement social et économique du Québec et dans la défense collective des droits;

  2. rehausser le financement de la mission des organismes d’action communautaire autonome de l’ensemble des secteurs de 60 M$ récurrents et cumulatifs durant trois années : 60 M$ la première année, 120 M$ l’année suivante et 180 M$ la troisième année. Le financement des organismes sera pluriannuel, plus stable et sera indexé annuellement pour l’ensemble des organismes d’action communautaire autonome;

  3. reconnaître l’autonomie des organismes et leur capacité d’agir selon leurs valeurs;

  4. améliorer les conditions de travail dans le milieu communautaire :

    Celles-ci sont parfois peu attrayantes, ce qui peut nuire au maintien des meilleures ressources et, ainsi, affecter les services à la population. Pour appuyer ces organismes, nous proposons trois mesures :  

    • la création d’un programme d’assurance collective particulier pour les personnes travaillant dans le milieu communautaire;

    • une contribution au financement d’une campagne de formation et de promotion en région pour le Régime de retraite des groupes communautaires et de femmes;

    • la création d’une mutuelle de prévention en santé et sécurité du travail au bénéfice des organismes communautaires;

  5. mettre en place un programme d’acquisition et de rénovation d’immeubles à vocation collective :

Ce programme permettra aux organismes communautaires de consolider leur mission et de diminuer leurs coûts de fonctionnement. Ce soutien de 11 M$ améliorera leurs conditions matérielles et les services offerts à la population;

6. revoir les mécanismes d’indexation avec les organismes communautaires afin que celle-ci reflète correctement leurs dépenses.

« Le Parti Québécois s'engage aujourd’hui à hausser véritablement et de façon significative le financement consacré aux organismes communautaires. Nous ne ferons pas de la comptabilité créative pour gonfler artificiellement le budget du PSOC, comme le gouvernement a fait dans son plus récent budget où il annonçait 80 M$ quand l’augmentation réelle et récurrente n’atteint que 25 M$/an après la cinquième année », a précisé le député de Labelle.

« Le rôle d’un gouvernement et celui de tout député, est de défendre les femmes et les hommes les plus vulnérables. Or, nous sommes interpellés tous les jours par les victimes de l’austérité, qui vivent des situations épouvantables. Pour toutes celles et tous ceux qui se retrouvent dans des positions injustes et dramatiques, il faut renouer avec la dignité. Il faut une politique de lutte contre la pauvreté qui accompagne et émancipe, au lieu de punir et d’entretenir les clichés. La solidarité ne se proclame pas; notre ambition est de l’incarner par des actions concrètes », de conclure Sylvain Pagé.

,